Accueil | Forum | Articles | Galerie Photos | Répertoire des Fontaines de Bretagne | Bibliographie | Liens | Videos | + Favoris


 
Fontaines de Bretagne
367 fontaines
17/09/19
Urfol/Urfol /St Urfol
Rechercher
Légendes
Calendrier
Au hasard...
Liens externes
Geocaching
A-Z
Départements
Régions
Pays
fiches avec photo
Tout voir




Mode d'emploi
Répertoire des fontaines de Bretagne Tous droits réservés©
 Le Répertoire des Fontaines de Bretagne est un service proposé par

Ressources-Formation

 
Type de fontaine : Fontaines oraculaires

Fontaine Saint-Alor / Sant-Alor

Saint Alor
Pouvoir : Fait venir la pluie. Mariage.

Localisation : Quimper / Kemper (29000)
Elle est située dans le quartier de Ergué-Armel, à 2 km S.E. du centre de la ville.

 Pays : Pays de Cornouaille

 Le Chemin des Fontaines Bretonnes :
9-Le Pays de Quimper
Etape : 1


Coordonnées GPS :
Fontaine : Merci de nous les communiquer si vous les connaissez à lassalle [at] altern [point] org


       
 Revenir à la liste    
166 / 225
 Bibliographie
(1) fontaines oraculaires
Divination pour un mariage.

(1) fontaines marieuses
Pour se marier, l'épingle devait couler à pic, tête en haut.

(2) LE PAYS DE QUIMPER
Elle est située dans le quartier de Ergué-Armel, à 2 km S.E. du centre de la ville.
Cette source protégée par un édicule rustique (une niche décorée d'une accolade et un toit en bâtières), donnait lieu à un pèlerinage. Pour implorer saint Allor de faire tomber la pluie, on disait des prières et on jetait des pièces de monnaie dans le bassin.
Les jeunes filles de la région venaient à cette fontaine: elles y laissaient tomber une épingle. Si celle-ci coulait à pic, la tête en haut, la jeune fille était persuadée de se marier dans l'année. Si elle tombait de côté, pas d'espoir ...
Saint Allor fut le troisième évêque de Quimper.

(3) Quimper / Kemper
Ce terme est issu du vieux celtique « kom-bero », couler ensemble. Il désigne l'endroit où deux cours d'eau se rejoignent c'est-à-dire un confluent. On le retrouve écrit « kember » en vieux breton avant qu'il devienne Kemper puis Quimper au même sens. Etablie au confluent de l'Odet et du Steir, la localité s'est appelée Kemper Odet avant d'être dénommée Kemper Kaourintin dès le Vème siècle.
Saint Corentin naquit en Armorique d'un père émigrant et chrétien. En quête de solitude, il se réfugia dans le Porzay, en forêt de Nevet. Il bâtit son ermitage près d'une source située sur un territoire qui deviendra plus tard paroisse de Plomodiern. Il y vécut en moine vertueux. Son nom vient du vieux breton Cobrantin, diminutif de « cobrant », secours. Il s'agit donc de quelqu'un qui, par générosité et humanité, venait en aide à ceux qui avaient besoin d'être secourus.
Le roi Gradlon, qui avait son palais à Quimper, régnait à l'époque sur la Bretagne armoricaine. Il n'appréciait guère la dépendance religieuse de Nantes. Il se souvint de l'ermite dont il admirait l'humanité, la sagesse et la vertu, et lui proposa de devenir évêque en son royaume. Après avoir conduit Corentin à Tours pour être consacré par saint Martin et y recevoir confirmation de sa juridiction, il offrit son palais à celui qui devint ainsi le premier évêque de Cornouaille et donc l'un des sept saints fondateurs de la Bretagne. La cathédrale fut bâtie à l'emplacement de cette demeure que Gradlon quitta pour la ville d'Is.
On ne sait à quelle date naquit le saint; quant à son décès, Dom Lobineau pense qu'il eut lieu vers 530, un 12 décembre, jour où il est fêté. Toutefois, le fait que Guénolé et Tudy accompagnèrent Corentin à Tours montre que ce dernier fut contemporain des deux autres; le premier d'entre eux vit le jour vers 460. Saint-Corentin fut inhumé à Quimper.
Devant l'invasion normande de 878, ses reliques furent transportées au monastère Saint-Magloire de Léhon (22) avant d'être réparties en région parisienne -dont une partie à l'abbaye Saint-Corentin de Mantes, puis à Tours, au monastère de Marmoutier. Quimper obtint en 1643 un bras qui, à la Révolution, fut sauvé du pillage par des fidèles.
La légende veut que l'ermite se nourrissait au quotidien d'un poisson dont il coupait une tranche et qui se reconstituait d'un jour sur l'autre.
La légende dit encore que le poisson se multiplia lorsque le saint reçut le roi Gradlon.
Une autre fois encore, alors que le saint accueillait les évêques Patern et Mélaine, la fontaine s'emplit d'anguilles pour les repas.
Homme généreux, homme de bien, Corentin, pris de pitié pour son voisin Primel à qui le grand âge rendait très difficile l'accès à la fontaine, fit jaillir une source à proximité immédiate de son ermitage.
La légende dit aussi que de nombreuses guérisons de muets, de boiteux, de sourds, de possédés, d'aveugles, eurent lieu le jour de son enterrement.
Tout ceci a fait que l'iconographie représente toujours saint Corentin avec un poisson.

Le culte de saint Corentin s'est surtout développé au XVIIème siècle sous l'influence des missions du Père Maunoir qui composa, en vers bretons, une vie du saint.
Aujourd'hui, saint Corentin, premier évêque de Cornouaille, est le patron de Quimper qui fut appelé Kemper Courentini en 1084, Kemper Saint Corentin en 1152, Quimper Corentin en 1236. La cathédrale de cette ville hautement historique possède une relique du saint conservée dans un reliquaire de 1886, réplique d'un autre du XIIIème siècle conservé au musée de Cluny à Paris.
Un vitrail y retrace la vie de saint Corentin qui est aussi représenté sur des panneaux sculptés de la chaire.
Il va de soi que cette très belle cathédrale mérite une longue visite.

(3) Saint Alor / Sant-Alor
Faisait partie de la commune d'Ergué-Armel avant le rattachement de celle-ci à Quimper. Plusieurs parties de l'église Saint Alor datent des XVIème et XVIIème siècles, le reste du XIXème. Des vases acoustiques du XVIIème siècle sont conservés dans les deux dernières arcades de la nef. Un calvaire se dresse sur le placître. A proximité, on trouve une fontaine du XVIIème siècle en granit et dédiée au saint.


Extrait de :
(1) Les Fontaines de Bretagne, Albert Poulain - Bernard Rio, YORAN EMBANNER, 2008, p.48,52
(2) Le Chemin des Fontaines, Roger LE DEUNFF, Editions DANCLAU, 1996, p.82
(3) Bretagne des Saints et des croyances, Michel Priziac, Ri-Dour Editions, 2002, p. 42 (Lieu:Quimper), 391 (Saint:Alor)
     
     
Bibliographie conseillée et remerciements aux auteurs

Fontaines de Bretagne
Albert Poulain - Bernard Rio

Le chemin des fontaines bretonnes
Roger LE DEUNFF
Liens vers d'autres sites (échange de liens)
Fontaines de France
     
     

© php-addressbook v8.1.2 - revu et amélioré par Pierre LASSALLE



...et merci à free qui héberge ce site.