Accueil | Forum | Articles | Galerie Photos | Répertoire des Fontaines de Bretagne | Bibliographie | Liens | Videos | + Favoris


 
Fontaines de Bretagne
367 fontaines
26/08/19
Edern/Gorgon /St Yugoñvac’h
Rechercher
Légendes
Calendrier
Au hasard...
Liens externes
Geocaching
A-Z
Départements
Régions
Pays
fiches avec photo
Tout voir




Mode d'emploi
Répertoire des fontaines de Bretagne Tous droits réservés©
 Le Répertoire des Fontaines de Bretagne est un service proposé par

Ressources-Formation

 
Type de fontaine : Fontaines blanches et fontaines à vin

Fontaine Saint-Colomban / Sant-Koulman

Saint Colomban
Pouvoir : Handicapés mentaux. Femmes désirant un enfant

Localisation : Locminé / Logunec'h (56500)

 Pays : Pays de Pontivy et Vilaine

 Le Chemin des Fontaines Bretonnes :
26_1-Le Pays d'Auray et de Carnac
Etape : 4


Coordonnées GPS :
Fontaine : Merci de nous les communiquer si vous les connaissez à lassalle [at] altern [point] org


       
 Revenir à la liste    

Warning: mysql_fetch_array(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/107/sda/3/4/fontaines.bretagne/include/navig.php on line 19
 Bibliographie
(1) fontaines blanches et fontaines à vin
Fontaine Saint-Colomban/Sant-Koulman, aussi appelée Fetan Werm.

(2) LE PAYS D'AURAY ET DE CARNAC
Premier circuit : à l'Est d'Auray
Locminé tire son nom de " Loc­menec'h ", le lieu des moines. Il est dit, en effet, qu'au Vème siècle, saint Colomban fonda, en ce lieu, un monastère ou prieuré. La chapelle est accolée à l'église; toutes deux datent du XVème siècle.
Saint Colomban vient au secours des aliénés. Sous la chapelle, existaient autrefois deux caveaux dans lesquels on attachait ces malheureux; ils étaient enfermés ainsi neuf jours, sans voir la lumière, sans manger, sans boire. Après ce délai, ils sortaient guéris où ils étaient morts. Quant à la fontaine, on dit que les femmes venaient y boire l'eau pour avoir un enfant.

(3) Saint Colomban / Sant-Koulman
Il naquit dans le Leinster en Irlande vers 525 - 530. Attiré très tôt par Dieu et conseillé par une vieille femme solitaire alors qu'il attirait l'attention des jeunes filles, il rejoignit le grand monastère de Bangor au nord de l'Irlande. Vers l'âge de trente ans, ayant reçu une haute formation intellectuelle et religieuse, il partit pour l' Armorique avec douze autres moines. Leur lieu de débarquement se situe probablement à l'est de Saint-Malo sur la grève appelée maintenant Plage Duguesclin (département de l'Ille-et-Vilaine) et près de laquelle, une croix, dite de saint Colomban, demeure visible. Une commune située à proximité porte le nom de Saint-Coulomb. Certains considèrent, au contraire, mais c'est peu probable, qu'ils mirent pied à terre au sud de Carnac, sur la grève connue comme Plage Saint-­Colomban; une chapelle où il est vénéré existe d'ailleurs à côté. Quoi qu'il en soit, leur volonté d'évangélisation les conduisit, à pied, jusque dans les Vosges, à Luxeuil où ils fondèrent un monastère dirigé par saint Colomban et resté célèbre. Il fut suivi d'un deuxième aux « Fontaines ».
Il fut appelé par Théodoric à la Cour de Bourgogne où il tenta d'appliquer les principes chrétiens malgré l'opposition de Brunehaut, femme du roi. Elle réussit à faire en sorte qu'ils en soient chassés et conduits vers leur pays d'origine. Ils descendirent la Loire, sous escorte, jusqu'à la mer qui, trop calme, empêcha leur barque d'avancer donc leur départ. Devenus libres, ils prêchèrent dans cette région tout en remontant à nouveau vers Nantes. Les localités de Saint­Colomban (44) et Saint-Coulomb (44) doivent leur nom à cet épisode de la vie du saint
Rappelés par Clotaire II, ils se dirigèrent vers l'Est. Ils franchirent le Rhin sans toutefois réussir à propager leur foi auprès des Suisses. Obligé de partir, saint Colomban traversa les Alpes avec ses compagnons hormis saint Gall, malade, à qui il défendit de célébrer les offices tant qu'il vivrait. Bien perçu à son arrivée en Italie, il fut néanmoins mêlé aux querelles byzantines et dut vivre en ermite dans sa fondation de Boby en pays ligure. Il y mourut trois ans plus tard.
Beaucoup plus tard, un Duc breton, revenant de Rome, ramena les reliques du saint et les déposa à Lomenech (appelé maintenant Locminé). Elles y furent conservées dans la chapelle Saint Colomban jusqu'à la disparition de celle-ci, en 1975.
Colomban, considéré comme un grand Européen et parfois, sur le plan religieux, comme le plus grand homme de son temps, eut pour maître Finnian, ancien disciple de Saint Gildas.
La légende retient surtout la puissance confiée par Dieu à Saint Colomban qui, à la cour du roi Théodoric, dompta les loups, fit jaillir des sources en pleine sécheresse, fit pousser du blé sur une terre devenue aride, chassa les démons pour guérir des malades, détacha les prisonniers qu'il avait convertis...
Il est fêté le 21 novembre mais le 26 novembre à Locminé.
La commune de Saint-Colomban possède aujourd'hui une église du XIXème qui ne possède aucun signe de référence au fondateur de la paroisse. C'est pourtant, son passage dans la région nantaise, vers 610, qui fit que ce moutier dépendant d'un ancien domaine mérovingien des Marches du Poitou changea de nom afin de mieux honorer le saint homme. A une dizaine de kilomètres, Saint-Philbert-de-Grandlieu possède une remarquable abbatiale carolingienne du IXème siècle ; on y décèle un parcours monastique de saint-Philibert, son attachement aux valeurs prônées par saint Colomban et toute la rigueur imposée par saint Philbert dans l'application de la Règle de saint Colomban.

(4) Saint Colomban / Sant-Koulman
21 Novembre
Pouvoir(s) Guérisseur(s) attribué(s) au saint :
MALADIES NEUROLOGIQUES : Neurologie générale
Fontaine(s) de guérison : Brélidy (22), Carnac/Saint Colomban (56), Locminé (56)
A Locminé, la chapelle renferme un autel dédié à Saint Colomban.
Près de la statue se trouvent les traditionnels cierges, une herse, un cahier sur lequel les visiteurs peuvent formuler leurs demanders et leurs remerciements. Si la vocation neurologique du saint apparaît, les requêtes font également part de diverses autres maladies et de problèmes liés à la vie du couple, aux difficultés de la vie moderne (examens, travail, etc.).
La fontaine Saint Colomban, construite sur une placette voisine, semble ne plus être fréquentée dans un but thérapeutique. Son eau fut pourtant, pendant longtemps, considérée comme souveraine dans le domaine des maladies du système nerveux ( « mal de saint Colomban »), de la folie, en particulier. Les fous, confiés aux bons soins du saint étaient attachés à des fers dans des pièces aveugles situées sous la chapelle. Ils y demeuraient, le temps d'une neuvaine, sans alimentation, sans boisson. A l'issue de cette épreuve, ils étaient ou guéris ou condamnés à mourir.
A Loyat (canton de Ploërmel), au hameau de Crétudel, saint Colomban est encore évoqué en sa chapelle pour la guérison des troubles nerveux.


Extrait de :
(1) Les Fontaines de Bretagne, Albert Poulain - Bernard Rio, YORAN EMBANNER, 2008, p.40
(2) Le Chemin des Fontaines, Roger LE DEUNFF, Editions DANCLAU, 1996, p.203
(3) Bretagne des Saints et des croyances, Michel Priziac, Ri-Dour Editions, 2002, p. 200 (Saint:Colomban)
(4) Les saints qui guérissent en Bretagne, Hippolyte Gancel, Editions Ouest-France, janvier 2004, p.70
     
     
Bibliographie conseillée et remerciements aux auteurs

Fontaines de Bretagne
Albert Poulain - Bernard Rio

Le chemin des fontaines bretonnes
Roger LE DEUNFF
Liens vers d'autres sites (échange de liens)
Fontaines de France
     
     

© php-addressbook v8.1.2 - revu et amélioré par Pierre LASSALLE



...et merci à free qui héberge ce site.