Accueil | Forum | Articles | Galerie Photos | Répertoire des Fontaines de Bretagne | Bibliographie | Liens | Videos | + Favoris


 
Fontaines de Bretagne
367 fontaines
22/09/17
Emeran/Emeran /St Emeran
Rechercher
Légendes
Calendrier
Au hasard...
Liens externes
Geocaching
A-Z
Départements
Régions
Pays
fiches avec photo
Tout voir




Mode d'emploi
Répertoire des fontaines de Bretagne Tous droits réservés©
 Le Répertoire des Fontaines de Bretagne est un service proposé par

Ressources-Formation

 
Type de fontaine : Fontaines intra-muros

Abbaye Construite à L'emplacement D'une Fontaine.

Saint Méen

Localisation : Saint-Méen-le-Grand / Sant-Meven (35290)

 Pays : Pays de Broceliande


Coordonnées GPS :
Fontaine : Merci de nous les communiquer si vous les connaissez à lassalle [at] altern [point] org


       
 Revenir à la liste    
71 / 367
 Bibliographie
(1) fontaines intra-muros
Abbaye construite à l'emplacement d'une fontaine.

(1) fontaines blanches et fontaines à vin
Fontaine-Blanche à l'emplacement de l'abbaye.

(2) L'église abbatiale de Saint Méen (XIè) :
Marquée par l'histoire et les reconstructions, l'abbatiale de Saint Méen est loin d'avoir livré tous ses secrets. Les reliques du moine fondateur "Saint Méen" y sont conservées. L'église contient également des fragments de vitraux comptant parmi les plus anciens de Bretagne, du XIIIème et XIVème siècle. Plusieurs années de restauration ont dernièrement permis de mettre à jour de véritables trésors, comme un magnifique mur datant du XIème siècle et une chapelle oubliée (du XIIème siècle) : la chapelle Saint Vincent. Classée Monument Historique, l'abbatiale de Saint Méen est considérée par beaucoup comme l'une des plus belles églises de la région.

Les fondations de l'église remontent à la construction du monastère de Saint Méen, entre 1024 et 1028. Les transepts auraient été édifiés au XIIème siècle, les deux chapelles ne voyant leur forme actuelle, tout comme la nef principale, qu'au commencement du XIVème. Seules la tour et la chapelle Saint Vincent conservent donc aujourd'hui des traces de "pur roman", le reste de l'abbatiale mélangeant absolument tous les styles. Les dernières et plus importantes transformations furent opérées au XIXè siècle. À la suite de l'effondrement de l'antique nef de l'église (prolongeant autrefois l'édifice), les lazaristes entreprirent d'inverser l'orientation du lieu. Ainsi que le veut la tradition, l'axe de l'église était auparavant orienté vers l'Est. Aujourd'hui, il l'est vers l'Ouest. L'ancien choeur des moines devint l'actuelle nef et le nouveau prit place sous la tour. On déplaça enfin le porche d'entrée en perçant le chevet.

(3) Saint-Méen-le-Grand / Sant-Meven
Le toponyme indique un lieu où l'on vénérait saint Meen.
Celui-ci, parfois appelé Meguen ou encore Meven, naquit au sud du Pays de Galles vers 520. D'origine noble, ses parents appartenaient à la famille de saint Samson, responsable de l'école monastique à laquelle fut confié le jeune Meen. Il y reçut le sacerdoce. En 545, il rejoignit l'Armorique.
Il fit partie du groupe de moines conduit par saint Samson, ce qui explique qu'il vécut plusieurs années dans la région de Dol. Lorsque Trifine fut assassinée par Conomor, son mari, Samson envoya saint Meen auprès de Waroch, père de celle-ci et comte de Vannes pour connaître les circonstances de la mort. En route, il fit une pause sur les bords du Meu où Caduon , le seigneur du lieu, lui offrit le gîte et le couvert en lui demandant de bien vouloir s'arrêter à nouveau à son retour.
C'est ce qu'il fit. Caduon lui donna de la terre pour bâtir une abbaye. Il revint à Dol demander à saint Samson l'autorisation de commencer les travaux. Il est probable qu'il accompagna ce dernier lors de la visite qu'il fit, dans les Ardennes, au roi Childebert. C'est en 548 qu'il fonda son monastère à Gaël. Il le dédia à saint Jean. Cette abbaye connut un essor rapide.
En 616, il accueillit Judicael, le roi de Domnonée, qui se fit moine chez saint Meen lequel mourut le 21 juin 617 à Gael.
La légende dit que saint Meen, en tapant du bâton sur le sol, fit jaillir sur la terre qui lui fut offerte par Caduon une source où coulait une eau délicieuse qui possédait aussi des pouvoirs de guérison.
Saint Meen était connu pour avoir obtenu de Dieu la capacité de mettre en fuite les cerfs et les sangliers qui détruisaient les cultures.
Juste avant de mourir, il rassura le moine Austole qui se désolait en lui disant qu 'il le reverra dans huit jours ce qui fut le cas puisque Austole le rejoignit au Paradis peu de temps après.
Alors que saint Meen se dirigeait vers Rome, il débarrassa l'Anjou d'un dragon.

Les reliques du saint sont réparties en plusieurs localités de Bretagne et d'Anjou.
Son culte est répandu en Bretagne mais aussi dans plusieurs provinces françaises et même en Belgique et en Cornwall.
Fêté le 21 juin, il est invoqué contre la lèpre et la gale dont l'une des formes était appelée « le mal de saint Meen ».
La première abbatiale Saint Meen fut construite à la fin du XIème siècle et un mur de type roman en témoigne encore aujourd'hui. Cependant, la majeure partie de l'édifice actuel doit être situé au XIXème siècle. Il abrite le tombeau du saint de même que des peintures murales qui en retracent la vie.

Extrait de :
(1) Les Fontaines de Bretagne, Albert Poulain - Bernard Rio, YORAN EMBANNER, 2008, p.38, 40
(2) Communauté de Communes du Pays de Saint-Méen-le-Grand
(3) Bretagne des Saints et des croyances, Michel Priziac, Ri-Dour Editions, 2002, p. 326 (Lieu:Saint-Meen-le-Grand)
     
     
Bibliographie conseillée et remerciements aux auteurs

Fontaines de Bretagne
Albert Poulain - Bernard Rio

Le chemin des fontaines bretonnes
Roger LE DEUNFF
Liens vers d'autres sites (échange de liens)
Fontaines de France
     
     

© php-addressbook v8.1.2 - revu et amélioré par Pierre LASSALLE



...et merci à free qui héberge ce site.