Accueil | Forum | Articles | Galerie Photos | Répertoire des Fontaines de Bretagne | Bibliographie | Liens | Videos | + Favoris


 
Fontaines de Bretagne
367 fontaines
21/09/17
Vaze/Mazhe /St Mazhev
Rechercher
Légendes
Calendrier
Au hasard...
Liens externes
Geocaching
A-Z
Départements
Régions
Pays
fiches avec photo
Tout voir




Mode d'emploi
Répertoire des fontaines de Bretagne Tous droits réservés©
 Le Répertoire des Fontaines de Bretagne est un service proposé par

Ressources-Formation

 
Type de fontaine : Fontaines intra-muros

Fontaine De Salaün-ar-Foll


Localisation : Le-Folgoët / Ar Folgoad (29260)
Dans le chevet de la collégiale Notre-Dame.

 Pays : Pays de Brest

 Le Chemin des Fontaines Bretonnes :
2-Le Pays de Saint-Pol de Léon
Etape : 10


Coordonnées GPS :
Fontaine : Merci de nous les communiquer si vous les connaissez à lassalle [at] altern [point] org


       
 Revenir à la liste    
5 / 41
 Bibliographie
(1) fontaines intra-muros
Dans le chevet de la collégiale Notre-Dame.

(1) fontaines marieuses
L'eau coule sous le maître­autel et sort dans un bassin au chevet de l'église. La jeune fille à marier y jette une épingle entourée d'une mèche de cheveux. Le mariage est assuré si l'épingle flotte à la surface de l'eau.

(2) LE PAYS DE SAINT-POL DE LÉON
Au XIVème siècle, vivait près de Lesneven, un pauvre insensé qu'on appelait " Salaün­ar-foll ".
Il était venu au monde avec si peu d'ouverture d'esprit que, ne sachant aucun métier, il était réduit à mendier son pain. Il demeurait dans un bois, logeant dans le creux d'un tronc d'arbre, auprès d'une source. Là, il passait sa journée à répéter:
" a Itron Gwerc'hez Vari ! " (0 Madame Vierge Marie ou, selon d'autres traducteurs, Ave Maria !).
Tous les matins, il allait à Lesneven demander l'aumône :
" a !tron Gwerc'hez Vari ! Salaün a debre bara ! "
(Salaün mangerait du pain !).
Après avoir recueilli ce qu'on lui donnait, il s'en retournait dans son gîte, trempait son pain dans la source avant de le manger, puis il montait sur son arbre et, en se balançant à une branche, criait à tue-­tête :
" !tron Gwerc'hez Vari ! "
Il fut saisi, un jour, par des soldats guerroyant pour la succession au trône de Bretagne.
Au " Qui vive ? ",
il répondit : " Je ne suis ni Blois ni Montfort, mais serviteur de la Vierge Marie, et vive la Vierge Marie ! "
Cette réponse fit rire les soldats qui le relâchèrent.
C'est au pied de son arbre qu'on le découvrit mort, et c'est au pied de son arbre qu'il fut enterré le 1er novembre 1358.
(Le thème d'ermites menant une vie dans les bois et ayant un comportement de fou est répandu dans le légendaire celtique, en Irlande, en Ecosse, comme en Armorique. On peut citer, à titre d'exemple, la décision de Merlin de se réfugier dans les bois pour chanter, prophétiser... )
On oublia Salaün... jusqu'au jour où, selon la légende, on vit sortir de sa fosse un lis blanc, d'une beauté merveilleuse, et sur les feuilles duquel étaient écrites en caractères d'or ces paroles :
" Itron Gwerc'hez Vari ! "
Il fut donc décidé, sur la pression de la population locale, de bâtir un sanctuaire en l'honneur de Notre-Dame du Foll-Coet, c'est-à-dire du Fou du Bois.
Le duc Jean V ordonna la construction d'une somptueuse chapelle, aujourd'hui basilique, sur la source de l'innocent. Commencés en 1364, les travaux furent achevés en 1419. La reine Anne alla au Folgoet, en 1506, y fit une neuvaine et y laissa de riches présents.
Si le pardon, qui se tient le 8 septembre, n'a pas gardé toute son ancienne splendeur, c'est encore aujourd'hui un des pèlerinages les plus fréquentés de Bretagne. On y venait de loin. Dès les premières lueurs du jour, arrivaient les délégations des paroisses voisines. Elles étaient annoncées par un guetteur monté dans le clocher. Au son de la cloche, les porteurs de la bannière du Folgoet partaient à la rencontre des arrivants pour les saluer.
La source de Salaün surgit de terre sous le maître-autel, mais ses eaux n'apparaissent au jour qu'au chevet de l'église. Le bassin est coiffé d'une jolie voûte ogivale moulurée et décorée de fleurons. Plaquée contre le mur, la Vierge repose sur une console. Les pèlerins viennent boire l'eau en faisant un vœu que Notre-Dame exaucera, persuadés qu'elle guérit toute maladie. Aussi, les jeunes filles, pour qui le jour du pardon et de la foire aux bestiaux, qui se tient le lendemain, est l'occasion d'heureuses rencontres, vont-elles à la fontaine de Salaün-ar-Foll jeter des pièces de monnaie ou déposer des épingles entourées d'une mèche de cheveux pour que le mariage se réalise dans l'année qui vient.

Extrait de :
(1) Les Fontaines de Bretagne, Albert Poulain - Bernard Rio, YORAN EMBANNER, 2008, p.36,51
(2) Le Chemin des Fontaines, Roger LE DEUNFF, Editions DANCLAU, 1996, p.35

     
     
Bibliographie conseillée et remerciements aux auteurs

Fontaines de Bretagne
Albert Poulain - Bernard Rio

Le chemin des fontaines bretonnes
Roger LE DEUNFF
Liens vers d'autres sites (échange de liens)
Fontaines de France
     
     

© php-addressbook v8.1.2 - revu et amélioré par Pierre LASSALLE



...et merci à free qui héberge ce site.