Accueil | Forum | Articles | Galerie Photos | Répertoire des Fontaines de Bretagne | Bibliographie | Liens | Videos | + Favoris


 
Fontaines de Bretagne
367 fontaines
06/05/15
Youlida/Eadbert /Ste Yulizh
Rechercher
Légendes
Calendrier
Au hasard...
Liens externes
Geocaching
A-Z
Départements
Régions
Pays
fiches avec photo
Tout voir




Mode d'emploi
Répertoire des fontaines de Bretagne Tous droits réservés©
 Le Répertoire des Fontaines de Bretagne est un service proposé par

Ressources-Formation

  Nous sommes le : 06/05/2015
Voici la fontaine du jour :

Type de fontaine : Fontaines de la mort

Fontaine Saint-Abibon / Sant-Abibon

Saint Abibon
Pouvoir : La guérison ou la mort

Localisation : Pluméliau / Pluniav (56930)
A 4,5 km N.O. du bourg, se trouve la belle chapelle flamboyante de Saint-­Nicodème achevée en 1539, type carac­téristique de l'architecture bretonne. On admirera en particulier le magnifique clocher-porche de la Renaissance avec flèche en pierre. A côté, dans le placître, a été érigée au XVIème siècle une fontaine, restaurée en 1608. C'est, sans conteste, la plus importante des fontaines sacrées de Bretagne.

 Pays : Pays de Pontivy et Vilaine

 Le Chemin des Fontaines Bretonnes :
24-La Région de Baud
Etape : 6


Coordonnées GPS :
Fontaine : Merci de nous les communiquer si vous les connaissez à lassalle [at] altern [point] org

 http://flr.free.fr/spip/spip.php?...

       
 Revenir à la liste    
144 / 367
 

Bibliographie
(1) fontaines de la mort
Invocation« à la vie, à la mort ».

(2) LA RéGION DE BAUD
Fontaines de saints Nicodème, Gamaliel, Abibon et Cornély
A 4,5 km N.O. du bourg, se trouve la belle chapelle flamboyante de Saint-­Nicodème achevée en 1539, type carac­téristique de l'architecture bretonne. On admirera en particulier le magnifique clocher-porche de la Renaissance avec flèche en pierre. A côté, dans le placître, a été érigée au XVIème siècle une fontaine, restaurée en 1608. C'est, sans conteste, la plus importante des fontaines sacrées de Bretagne.
C'est un monument à trois édicules accolés, tous semblables et richement décorés. La construction est la même que les autres fontaines de la région : une large ouverture voûtée, surmontée d'une accolade dont la pointe finit par une croix sur le haut fronton triangulaire ; un toit très élevé se terminant aussi par une croix portant le Christ ; sur chaque côté, une colonnette. C'est un bel ensemble architectural, d'une finesse peu égalée. Ces trois fontaines, dont les niches sont vides, sont dédiées aux saints Nicodème, Gamaliel et Abibon.

1) Fontaine Saint Nicodème
La tradition voulait qu'on offrit à saint Nicodème des animaux, vendus le jour du pardon, et que l'on déposât des mottes de beurre sur l'autel de la chapelle. Le pardon était célébré le premier dimanche du mois d'août. Les pèlerins, nombreux, venaient de fort loin demander la protection pour leurs animaux et surtout pour leurs chevaux.
Ch. Le Goffic rapporte ce que disait l'abbé Guillotin de Corson :
« A Saint-­Nicodème de Pluméliau, le dimanche qui précède le pardon, les trésoriers distribuent aux gens de bonne volonté de petits pots vides que ceux-ci s'engagent à rapporter pleins de beurre le jour de la fête; aussi appelle-t-on vulgairement ce jour-là le Dimanche des Pots. »
Mais il y avait des fidèles toute l'année pour s'adresser à saint Nicodème contre les maladies contagieuses. Il existait une coutume singulière : les gars du pays se faisaient raser, assis sur un banc de pierre qui borde la fontaine, puis se lavaient visage et mains dans l'eau de la source, afin de se préserver des maladies de peau.

2)Fontaine Saint Gamaliel
La deuxième fontaine est dédiée à saint Gamaliel, dont nous savons peu de chose. Était-ce cette source qui recevait la visite des jeunes femmes? Comme le voulait la tradition, elles buvaient de son eau puis sans se retourner, montaient dans le clocher, s'asseyaient dans un vieux fauteuil... et la réussite de leur vœu était garantie.

3) Fontaine Saint Abibon
La troisième contenait la statue de saint Abibon entre un cavalier et un homme en prière. Saint Abibon s'appelait en réalité saint Diboan, le saint sans souci, sans douleur, autrement dit, qui vous tire de la peine. Il était particulièrement honoré dans le Finistère sous le surnom, parfois, de " Tu-pe­tu ", d'un côté ou de l'autre; car on lui prêtait pour accessoire la roue de fortune, qui marquait l'arrêt du destin. La roue, symbole du dieu soleil chez les Celtes, a été à l'honneur dans de nombreuses églises bretonnes, au Moyen-Age où elle était devenue la roue à sonnettes qui permettait aux fidèles de conjurer le mauvais sort. Mais c'était à saint Diboan de décider, d'un côté ou de l'autre, " Tu-pe-tu ". On venait donc le consulter pour la vie ou pour la mort, demandant la guérison sur l'heure du malade ou une mort rapide pour abréger ses souffrances.

4) Fontaine Saint Cornely
Une quatrième fontaine, bâtie un peu à l'écart, est vouée à saint Cornély, le protecteur des bovins. L'édicule est important mais sans trop de décorations. Il est plus récent que les trois précédents : 1790. Les vaches, " ar saout ", étaient conduites à sa source, buvaient de l'eau pour être préservées des épizooties, maladies contagieuses chez ces animaux. Les éleveurs offraient des veaux au saint patron et, en échange, le recteur leur donnait une collation.

(3) Pluméliau / Pluniav
Se traduit par « paroisse de saint Miliau ». L'église actuelle fut reconstruite en 1949. Elle a succédé à un édifice de 1694. Saint Meliau demeure le patron de l'église paroissiale. Il y est représenté par une statue du 16e siècle.

(3) Saint Abibon / Sant-Abibon
A noter :
Variantes de Diboan : Diboen, Thibon, Abibon, Yboiene, Iboen, Abilon, Languis, Langis.
Le nom Diboan contient le breton «poan», peine, souffrance, douleur; le préfixe di- étant privatif, Diboan s'est référé à quelqu'un qui soulageait les douleurs.
Ainsi, invoque-t-on saint Diboan pour soulager les souffrances des malades et notamment des moribonds. Pendant longtemps, le jour du pardon, on vendait aux enchères les chemises des défunts de l'année.
Fêté le 28 janvier.

(4) Les trois fontaines sacrées de la chapelle Saint-Nicodème. 1608. Symbolisant la Trinité par son architecture, formée de trois niches surmontées de gâbles flamboyants sculptés dans le granit, cette fontaine tripartite offrait une eau réputée pour protéger contre les maladies de peau. Les trois niches étaient ornées des statues de saint Nicodème, Saint Gamaliel et Saint Abibon, protecteurs des boeufs.

Une quatrième fontaine aurait été édifiée en 1790 en l’honneur de saint Cornély (protecteur du bétail).

Extrait de :
(1) Les Fontaines de Bretagne, Albert Poulain - Bernard Rio, YORAN EMBANNER, 2008, p.42
(2) Le Chemin des Fontaines, Roger LE DEUNFF, Editions DANCLAU, 1996, p.184
(3) Bretagne des Saints et des croyances, Michel Priziac, Ri-Dour Editions, 2002, p. 157 (Lieu:Pluméliau), 414 (Saint:Abibon)
(4) François Le Ralle Personal Web Portal
     
     
Bibliographie conseillée et remerciements aux auteurs

Fontaines de Bretagne
Albert Poulain - Bernard Rio

Le chemin des fontaines bretonnes
Roger LE DEUNFF
Liens vers d'autres sites (échange de liens)
Fontaines de France
     
     

© php-addressbook v8.1.2 - revu et amélioré par Pierre LASSALLE



...et merci à free qui héberge ce site.